• SUZY SOLIDOR ( II )

     

     

    Afficher l'image d'origine 

     

    Suzy Solidor, de son vrai nom Suzanne Louise Marie Marion, est une chanteuse, actrice et romancière française, née le 18 décembre 1900 à Saint-Servan et morte le 30 mars 1983 à Cagnes-sur-Mer.

    Сюзи Солидор The many faces of Suzy Solidor 

     

     

    Figure emblématique des années 1930, symbole de la garçonne des « Années folles », elle a contribué à populariser auprès du grand public le milieu homosexuel parisien, célébrant dans plusieurs de ces chansons les amours lesbiennes (OuvreObsession, etc.).

    Biographie

    Suzy Solidor nait de père inconnu à Saint-Servan-sur-Mer (commune aujourd'hui rattachée à Saint-Malo) dans le quartier de la Pie. Sa mère, Louise Marie Adeline Marion, âgée de près de trente ans, est alors domestique de Robert Henri Surcouf, avocat, député de Saint-Malo et armateur, descendant de la famille du célèbre corsaire (selon Suzy Solidor, celui-ci serait son véritable père).

     

    Suzy+Solidor+sudio+photo The many faces of Suzy Solidor 

     

    Pour échapper à sa condition de fille-mère, Louise Marion épouse le 10 septembre 1907 Eugène Prudent Rocher qui reconnaît la petite Suzanne, alors âgée de sept ans. Celle-ci prend dès lors le nom de Suzanne Rocher. La famille s'installe dans le quartier de Solidor à Saint-Servan, qui inspirera plus tard son nom de scène à Suzy. Elle est alors la voisine de Louis Duchesne, chemin de la Corderie, sur la cité d'Aleth.

     

     

    fougita The many faces of Suzy Solidor 

     

    Suzy Solidor, Foujita and Yvonne de Bremon, Deauville, 1920

     

    Une « garçonne »

     

    Elle apprend à conduire en 1916 et passe son permis l'année suivante, ce qui à l'époque était exceptionnel pour une femme. Peu avant l'armistice de 1918, promue chauffeur des états-majors, elle conduit des ambulances sur le front de l'Oise, puis de l'Aisne.

    Après la guerre, elle s'installe à Paris.

     

     

    C'est à cette époque qu'elle rencontre Yvonne de Bremond d'Ars, qui sera sa compagne pendant onze ans et avec laquelle elle s'initie au métier d'antiquaire.

     

    Après leur séparation en 1931, Suzy Solidor a plusieurs liaisons,

    dont une avec l'aviateur Jean Mermoz.Afficher l'image d'origine

     

     

    Elle se tourne vers la chanson en 1929, et prendra peu après le pseudonyme sous lequel elle est connue.

     

    Elle fait ses débuts à Deauville, au cabaret Le Brummel.

     

    Sa voix grave, quasi masculine ("une voix qui part du sexe" selon Jean Cocteau), son physique androgyne, ses cheveux blonds et sa frange au carré marquent les esprits. Icône de la chanson « maritime », elle se produit en 1933 avec succès à L'Européen puis ouvre rue Sainte-Anne « La Vie parisienne », un cabaret « chic et cher », lieu de rencontres homosexuelles, où chante entre autres le jeune Charles Trenet.

     

     

    Sa réputation lui vaut d'apparaître en 1936 dans l'adaptation cinématographique du roman sulfureux de Victor Margueritte, La Garçonne. Elle devient parallèlement l'égérie des photographes des magazines de mode et des peintres, sa silhouette sculpturale inspirant plus de 200 d'entre eux, parmi lesquels Raoul Dufy, Maurice de Vlaminck, Francis Picabia, Man Ray, Jean-Gabriel Domergue, Jean-Dominique Van Caulaert, Kees van Dongen, Arthur Greuell, Foujita, Marie Laurencin, Francis Bacon et Jean Cocteau. Son portrait le plus célèbre est réalisé par Tamara de Lempicka en 1933.

     

     

    Кабаре Сюзи Солидор в О де Кань The many faces of Suzy Solidor 

     

    L'Occupation

    Durant l’Occupation, son établissement est fréquenté par de nombreux officiers allemands. Suzy Solidor ajoute à son répertoire une adaptation française de Lili Marleen, une chanson allemande adoptée par les soldats de la Wehrmacht (avant de l'être par les armées alliées) qu'elle interprète de façon régulière à la radio.

     

    Ses activités (selon André Halimi, "elle mériterait un brevet d'endurance pour l'inlassable activité qu'elle mena pendant l'Occupation, car elle passe d'un cabaret à l'autre, d'une radio à l'autre, d'un music-hall à l'autre") lui valent d'être traduite à la Libération devant la commission d'épuration des milieux artistiques, qui lui inflige un simple blâme mais lui impose une interdiction provisoire d’exercer.

     

     

    32 The many faces of Suzy Solidor 

     

    Elle cède alors la direction du cabaret à la chanteuse Colette Mars, qui y avait fait ses débuts, et part pour les États-Unis.

    110 The many faces of Suzy Solidor

     

     

    L'Après-guerre

    De retour à Paris, elle ouvre en février 1954 le cabaret « Chez Suzy Solidor », rue Balzac (près des Champs-Élysées) qu'elle dirige jusqu'au début 1960 avant de se retirer sur la Côte d'Azur. Elle s'installe à Cagnes-sur-Mer où elle inaugure la même année un nouveau cabaret, « Chez Suzy », décoré de 225 de ses portraits.

     

    Elle s'y produit jusqu’en 1966 avant de prendre la direction d'un magasin d'antiquités, place du château de Haut-de-Cagnes.

     

     

    En 1973, elle offre à la ville de Cagnes-sur-Mer une quarantaine de ses portraits, qui figurent aujourd'hui parmi les œuvres remarquables du musée de la ville (musée-château Grimaldi). Elle meurt le 30 mars 1983 et est enterrée à Cagnes.

     

     

    Répertoire

     

    Romans

    Térésine, éditions de France, Paris, 1939 (220 p.)

      • Fil d'or, éditions de France, Paris, 1940 (217 p.) - roman dédié "à ceux du large et à ceux du bled, à tous ceux des avant-postes, à ceux qui tiennent les portes de l'Empire..."
      • Le Fortuné de l'Amphitrite, éditions de France, Paris, 1941 (213 p.)
      • La vie commence au large, éditions du Sablon, Bruxelles-Paris, 1944 (242 p.)

     

     

    Théâtre

      • 1937 : L'Opéra de quat'sous de Bertolt Brecht, adaptation française de André Mauprey et Ninon Tallon, mise en scène de Raymond Rouleau et Francesco von Mendelssohn, théâtre de l'Étoile : Jenny-la-Paille
      • 1951 : L'École des hommes de Jean-Pierre Giraudoux, théâtre Michel - pièce écrite pour elle, où elle incarne une artiste peintre qui n'aime pas les hommes.

     

     

    Filmographie

      • Escale (1935) de Jean Dalray
      • La Garçonne (1936) de Jean de Limur, d'après le roman-éponyme de Victor Margueritte
      • La Femme du bout du monde (1937) de Jean Epstein
      • Ceux du ciel (1941) de Yvan Noé

     

     

     

    Notes et références

     

    Voir aussi

    Bibliographie

      • Véronique Mortaigne, « Solidor, furieux baisers », Le Monde 19552 du mardi 4 décembre 2007
      • Marie-Hélène Carbonel, Suzy Solidor : Une vie d'amours, coll. Temps mémoire, éd. Autres Temps, 2007
      • Didier Eribon (dir.), Dictionnaire des cultures gays et lesbiennes, Larousse, 2003.

     

     

    Discographie

      • Martin Pénet (éd.), Chansons interlopes, 1906-1966, Labelchanson, 2006 (2CD)
      • Martin Pénet (éd.), Suzy Solidor au cabaret, enregistrements rares et inédits (1933-1963), Labelchanson, 2007

     

     

    SOURCES / http://www.musicme.com/Suzy-Solidor/biographie/

     

     

     

    « Le mariage au début du Moyen AgeLa CHANSON FRANCAISE sous l'OCCUPATION - Douteuse Cohabitation »
    Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :