•  
    Afficher l'image d'origine 
     
     
     
    La photographie au service d’une cocotte de haut vol
     
     
     
    Contrairement aux hétaïres grecques, les courtisanes de la Belle Époque n’ont pas besoin d’être cultivées et raffinées pour accéder au rang de cocottes de haut vol :
     
    Emilienne D'Alencon.jpg
     
    tel est le cas d’Émilienne d’Alençon, qui s’affirme dans le demi-monde parisien grâce à sa beauté et à la notoriété que lui apportent ses amants illustres et le recours à la photographie, qui diffuse son effigie à l’échelle internationale.
     
     
    Afficher l'image d'origine
     
    Née Émilie André, à Paris, le 18 juillet 1869, fille d’une concierge de la rue des Martyrs, la future Émilienne d’Alençon reçoit son pseudonyme de la prostituée Laure de Chiffreville, qui lui prédit une brillante carrière. Lancée par l’« intrépide vide-bouteilles »
     
    Charles Desteuque, chroniqueur du Gil Blas,
     
    Emilienne d'Alencon
     
     
    Émilienne se produit comme dresseuse de lapins au Cirque d’Été et fréquente les lieux favoris du demi-monde parisien :
     
    le bois de Boulogne, Chez Maxim’s, les théâtres.
     
    Entre 1889 et 1892, la jeune femme devient une célébrité grâce à sa liaison avec le jeune duc Jacques d’Uzès qui veille à son instruction dans le vain espoir de l’épouser ;
     
    envoyé au Congo par sa famille qui s’oppose fermement à cette mésalliance, le jeune duc meurt en 1893.
     
     Emilienne d'Alencon
     
    Émilienne d’Alençon consolide sa renommée de grande cocotte en séduisant le roi des Belges Léopold II, le prince de Galles et futur roi Édouard VII, et le Kaiser Guillaume II, et en rivalisant avec
     
     
    la Belle Otero, Cléo de Mérode et Liane de Pougy.
     
     
    Emilienne d'Alencon
     
     
    Avec Liane, Émilienne noue une liaison amoureuse que le Gil Blas relate de manière fort caricaturale : il annonce le mariage des deux cocottes et l’arrivée imminente d’un enfant.
     
     
    Emilienne d’Alencon, 1900s:
     
     
    Si les chroniqueurs mondains influent considérablement sur la notoriété des
    « grandes horizontales », ce sont les photographes qui leur assurent un succès international :
     
    la diffusion des portraits photographiques, qui permet à des véritables artistes du spectacle, comme
     
     Emilienne d'Alencon
     
    Sarah Bernhardt ou Réjane,
     
    ALENÇON,_Emilienne_d'_Photo_Reutlinger.:
     
     
     
    de consolider leur renommée, est d’autant plus indispensable pour les demi-mondaines qui, à défaut d’un véritable talent, misent tout sur leur beauté.
     
     EMILIENNE D'ALENÇON | Flickr - Photo Sharing!
     
    Outre leurs richissimes amants, les séductrices de la Belle Époque ont en fait besoin d’une foule d’admirateurs anonymes qui, en collectionnant les reproductions de leurs portraits photographiques, contribuent à accroître leur renommée de « femmes fatales ».
     
     
     Cleo de Merode by Filiotheque, via Flickr:
     
     
     
     
    https://www.histoire-image.org/etudes/splendeurs-miseres-courtisane-emilienne-alencon
     
    Pin It

    1 commentaire
  • "Les Insoumises

    Un regard sous les dessous

    du Second Empire"

     

    Sans_titre

    Sarah.Bernhardt. 

    Lumière des Roses/adoc-photos

    "Je ne sais trop pourquoi depuis toujours le Second Empire, pourtant si rigide, m'as fasciné. Cent ans d'histoire de France d'Emmaniel Berl. Le second Empire nous regarde, furent parmi les premiers livres acquis avec mon argent de poche d'enfant. Ces courtisanes à la séduction et au pouvoir si difficiles à imaginer aujourd'huiont leur place là, parfois accompagnées de leur fiches de police." Christian Lacroix

     

    Sans_titre

    Alice la Provençale.

    Lumière des Roses/adoc-photos

    On les appelle cocottes, biches, lorettes ou demi-mondaines,

    mais elles sont avant tout des Insoumises.

    Elles vivent ostensiblement de leurs charmes,

    croquent la fortune des hommes,

    défraient souvent la chronique par leurs mœurs tapageuses,

    leur goût du luxe ou le titre princier de leurs amants.

     

    2

    Anna Deslions.

    Lumière des Roses/adoc-photos

    L’époque est à la frivolité.

    Cependant, dès 1860, l’Empereur Napoléon III crée une

    Police des mœurs chargée de surveille ces intrigantes qui

    échappent à « l’encartage »

    réglementant alors le commerce de la galanterie.

    Les officiers de police consignent leurs faits et pratiques

    dans le registre BB/1, établissant une fiche pour chacune d’elles,

    accompagnée, quand il existe, d’un portrait photographique.

     

    2

    Céline Montaland.

    Lumière des Roses/adoc-photos

    Entre photographies de salon et enquêtes policières,

    deux regards se croisent.
    L’exposition présente les portraits des courtisanes les plus célèbres, accompagnés d’extraits de leurs fiches de police.

    Car la photographie a tout de suite trouvé sa place dans cette affaire, à la fois pièce d’identification pour la police et publicité pour ces dames.

    La « carte de visite », petit portrait photographique que l’on s’échange dans les milieux mondains vient juste d’être inventée par Eugène Disdéri.

    Les courtisanes affluent chez les photographes de renom.

    Leurs portraits prolifèrent dans la vitrine des studios ou à la devanture des kiosques. 

    Pour quelques francs, amateurs, entreteneurs ou policiers pourront les acquérir.

     

    Sans_titre

    Céline Montaland.

    Lumière des Roses/adoc-photos

    Entre photographies de salon et enquêtes policières,

    deux regards se croisent.
    L’exposition présente les portraits des courtisanes les plus célèbres, accompagnés d’extraits de leurs fiches de police.

     

     

    Sans_titre

    Marie la Huguenote.

    Lumière des Roses/adoc-photos

    Christian Lacroix.

    "Les Insoumises.

    Un regard sous les dessous du second empire".

    Du mardi 08 juillet 2008 au dimanche 14 septembre 2008.

    Arles. Palais de l’Archevêché.

    Photographie A.A.E. Disdéri.

    Vers 1860. Collection particulière

    CRUCH Emma,

    dite CORA PEARL (1837-1886)

     

    1

    Je vous recommande la lecture du blog de Laure Delatte qui a fait des recherches approfondies sur le sujet et prêté les 2/3 des photos exposées. http://lesinsoumiseslexpositiondarlesenligne.blogspot.com/

    ainsi que le site www.lesinoumises.com

     

     

    Louise Bossi.

    Lumière des Roses/adoc-photos

     

    Lien sources BLOG

    http://www.alaintruong.com/archives/2008/08/28/10374198.html

     

     

     

    Pin It

    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique